Particuliers

Les messages de soutiens de particuliers reçus sur notre adresse de courriel.

“Je suis contre le grignotage de la ferme d’Ifer pour y réaliser une extension de zone industrielle. Nous avons peu de surfaces d’agriculture biologique en France en général et à Acigné en particulier. Nous sommes même en retard sur ce sujet par rapport à nos voisins Européens. Alors préservons cette agriculture d’avenir, source de bienfaits pour la santé et l’environnement.” A.R.

“Vous avez raison il faut se battre ! Le développement immobilier est nécessaire, mais de façon cohérente, sans déborder sur les zones agricoles, surtout celles qui se situent près des villes et de surcroît lorsqu’elles sont en bio. C’est en préservant cette agriculture proche des villes que nous aurons des zones urbaines résilientes. C’est ça l’avenir, la résilience ! Certaines communes pourtant l’intègre déjà. Pourquoi d’autres ne voient-ils rien ? Une Rennaise de tout coeur avec vous contre ce projet.” M.G.

“Bonjour, je suis abasourdie par cette décision municipale et je tiens à vous témoigner mon soutien en tant qu’habitante d’Acigné et cliente de la ferme d’Ifer.” S.H.

“En signe de soutien à l’agriculture et aux exploitations biologiques, et comme manifeste pour une consommation modérée et responsable des biens et du territoire je souhaiterais vous rejoindre.” A.M.

Je vous soutiens, parce que je partage les valeurs que vous défendez, parce que vous avez raison d’être choqués, de défendre, au-delà de votre bien propre, la terre de tous.” A.R.

Non au gaspillage des terres agricoles. M.L.H “La terre ne nous appartient pas, elle est prêtée par nos enfants » Saint-Exupéry

Je vous soutiens dans votre lutte afin qu’une solution équitable soit trouvée et mette en perspective un avenir durable pour votre activité. C.B.

“Je me suis installée à Acigné pour son cadre si agréable. Je trouve le « grignotage » actuel des terres agricoles inadmissible. Il n’est pourtant pas si difficile de concilier développement économique et développement durable. Il suffit de s’en donner les moyens. Je vous soutiens à 100%.” A.A.

« pourquoi  prendre des terre  dans des endroit d’agriculture bio
alors qu’il  qu’il y a d’autres endroits possibles… voire dans des communes de Rennes Métropole ou il n’y a pas  d’agriculture  bio comme à Thorigné. » DH

« Comme souvent, les analyses de PLU s’appuient sur une vision partielle et ancienne (dernières données datant de 2008). A l’heure où Thorigné s’aggrandit de façon éffrenée, où Cesson prévoit une vaste gigantesque de sa surface habitable, pourquoi Acigné devrait également céder au gigantisme? Nous avons vécu cette même problématique à Chantepie, devenue ville champignon, où les infrastructures publiques et routières n’ont pas suivi, où la mairie s’est retrouvée dépassée par la justification d’enjeux politiciens pour promouvoir son projet de croissance qui mésatisfait aujourd’hui une très grande partie des habitants. Alors que l’infrastructure routière ne suit déjà pas à Acigné et jusqu’à Cesson (avez-vous tenté de rejoindre la rocade entre 8H30 et 9H30 du matin? – un bouchon continu), alors que les commerces sont « maltraités », il est urgent de repenser le plan d’expansion actuel. En ce sens je vous soutiens fortement dans votre démarche. » B.J.

« L’avenir du bio ne peut-il donc être que chinois et donc taxe carbone? Le décalage entre le discours officiel et l’action du politique ne peut poser solidement une confiance citoyenne. Y a-t-il ici un problème à être à la fois Rennes métropole et Acigné? » D.C.

« Je ne suis pas Acignolaise, mais je soutiens votre combat (valable pour
toutes les communes de la Métropole Rennaise). » A-M M (Rennes)

« Je suis en désaccord avec cette politique qui diminue les terres agricoles.
Phénomène plus grave puisqu’elles sont consacrées à l’agriculture biologique et qu’elles permettent qu’un certain nombre de personnes se nourrissent sainement sans pesticides et intrants dangereux pur la santé. Il faut au contraire privilégier une agriculture de proximité et apprendre à la population à se nourrir sainement mais différemment d’aujourd’hui. Moins de protéines animales mais des protéines de très bonne qualité et pus de protéines végétales. C’est une richesse pour une commune d’avoir, à proximité ds denrées de bonne qualité. Il faut absolument préserver cet environnement. » M-C. H.

« stop !! stop !! stop à la course !! l’agglomeration de rennes de doit pas devenir aussi importante que nantes !! l’avenir de nos enfants est dans la preservation de notre nature !! pas dans le beton et tous ce qui va avec delinquances et autres…… »

« Je soutiens votre démarche de préservation d’un équilibre entre zones urbaines et espaces agricoles. » L.K.

« Nous ne pouvons qu’être affligés à la lecture de ce projet qui participe au grignotage des terres agricoles. Comment ne pas s’étonner devant des décisions qui mettent une fois de plus l’agriculture de proximité en difficulté. Longue vie aux locavores, à l’agriculture biologique et bon courage à vous. » P.B.H.

« Rennaise de naissance, aujourd’hui maraîchère dans le Languedoc Roussillon, je suis auprès de vous dans vos démarche contre l’appétit féroce et destructeur d’urbanisation a outrance! Merci de me tenir au courant! » A.L.

« Sauver le patrimoine qui vous reste. » M.R.