Les zones d’activités (ZA)

Zone d'Activité du BoulaisCe que dit le « Référentiel Qualiparc 2009 » (page 7) de la Région Bretagne et de ses 4 départements :

« Il est désormais reconnu que les implantations d’activités excentrées sont autant, voire davantage, responsables de l’étalement urbain que les constructions résidentielles. En contribuant au mitage du territoire, la multiplication des parcs d’activité constitue indiscutablement l’un des principaux facteurs d’artificialisation des sols, le plus souvent au détriment des terres agricoles et des espaces naturels. De plus, en favorisant la concurrence entre les territoires et en contribuant mécaniquement à la baisse du prix de vente des terrains proposés aux entreprises, la surabondance de l’offre foncière limite les capacités des territoires à mettre en œuvre des stratégies de développement coordonnées et efficientes. »

Ce que font nos voisins de la Métropole Nantes-Saint Nazaire : un diagnostic précis des zones d’activités pour l’élaboration de leur SCOT.

Ce diagnostic (accessible par ce lien) évalue la densité des emplois ainsi que la densité d‘occupation du sol dans les zones d’activité. En moyenne, c’est 21% de bâti, 51% de voirie et stationnement, 23% d’espaces verts, 5% de sol à nu (p. 91). Il propose un large panel d’actions (incitatives et réglementaires) à mettre en œuvre pour densifier et requalifier ces zones. Il liste les prescriptions que l’on peut intégrer au PLU (emprise au sol et hauteur des constructions, gestion des stationnements, etc.).

Ce que préconisent les services de l’Etat (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, DREAL Bretagne) pour l’élaboration des PLU :

les zones U et AU1 doivent correspondre aux « secteurs sur lesquels la collectivité a défini un projet ou sur lequel existe un projet accepté par la collectivité (…)

Référence: page 22 de l’annexe 4 de l’étude sur l’ouverture du foncier à l’urbanisation en Bretagne

Il ne s’agit pas d’opposer les différents secteurs de l’économie : Industrie et artisanat contre agriculture. Mais si nous comparons la suppression d’une terre agricole travaillée depuis des siècles avec l’implantation d’une zone d’activités à durée limitée de quelques décennies, sans retour possible à la production alimentaire, une prise de conscience se fait. Pour limiter cela, les élus doivent aider à la réhabilitation et la densification des zones industrielles, commerciales et d’activités déjà existantes. C’est possible et pratiqué dans les pays où la terre est rare (par ex. : en Angleterre). Le bilan économique à court terme favorise l’activité précaire au détriment des générations futures.