Urgent : une ferme bio menacée aux portes de Rennes !

Initier une culture de la sobriété en matière foncière et permettre le maintien de l’agriculture et de sa position stratégique en Bretagne : voici (entre autres) à quoi s’engagent les élus (maires, présidents et élus d’EPCI et SCoT bretons, présidents et élus des Conseils généraux) qui doivent signer ce lundi à Rennes « une charte pour une gestion économe du foncier en Bretagne ». Ce sont messieurs Michel Cadot, préfet de la région Bretagne et Pierrick Massiot, président de la région Bretagne qui introduiront la réflexion.

Les menaces qui pèsent sur la ferme d’Ifer, à Acigné, aux portes nord de Rennes, devraient donc les inquiéter. Une partie des 62 hectares menés en bio (lait, viande, blé panifiable, pain) pourraient être bitumés au profit de l’agrandissement de la zone artisanale toute proche. C’est ce qu’ont décidé les élus acignolais.

Trois personnes travaillent à temps plein sur cette ferme, et de très nombreux consommateurs s’y pressent plusieurs fois par semaine pour s’y approvisionner. La ferme d’Ifer, telle qu’elle fonctionne actuellement répond à plusieurs des enjeux soulevés par la « charte pour une gestion économe du foncier en Bretagne » : « préservation des terres agricoles et de leur potentiel économique », « dynamique du développement économique », « préservation des ressources naturelles (biodiversité, eau etc.) ». Disposant de terres groupées autour des bâtiments d’exploitation, Ifer assure aussi un « faible niveau de consommation énergétique et d’émissions de gaz à effet de serre ». Alors que la demande métropolitaine en produits alimentaires de qualité et de proximité est très forte et que des agriculteurs « rurbains » ont réussi à créer ce lien regretté entre consommateurs et producteurs, il semble pour le moins curieux d’envisager la suppression d’une telle exploitation.

Communiqué de presse envoyé le Lundi 7 Janvier à l’occasion de la signature par les collectivités de la Charte pour une gestion économe du foncier en Bretagne.